Préambule : Quelques infos sur la borne


La TAITO Canary est une borne d'arcade générique japonaise sortie en 1991. Elle est considérée comme la grande soeur (pourtant plus petite...) de l'Egret II, notamment du fait de son système de rotation de l'écran similaire.
La Canary est dotée d'un écran 25 pouces, plus petit que le 29 de l'Egret II.

C'est une borne assez peu répandue, rares sont celles qui ont pu arriver jusqu'en Europe, celles-ci n'ayant jamais été exportées officiellement hors du Japon.


Dimensions :
Poids :
Couleurs d'origine :
Options possibles :
805 mm x 660 mm x 1280 mm
95 kg
Blanche et verte, ou blanche et bleue
Cache enceintes arrondi ou carré & Système de rotation ou pas


Ma Canary : Arrivée chez moi en Janvier 2019


Ayant déjà possédé plusieurs bornes, je cherchais à trouver LA borne, celle qui serait polyvalente et qui me conviendrait le mieux. Mon choix se portait fatalement sur une Candy cab (le confort de jouer assis cumulé à la robustesse de la fabrication), en 25 pouces (ayant possédé une Astro, je trouvais que le 29 pouces était trop grand pour mes yeux vieillissants...), et avec la possibilité de jouer en Yoko et en Tate.

On me proposa alors cette borne, dépourvue d'écran et avec un bon sunfade sur les parties plastiques :

   

Forcément dans cet état et sans CRT, je ne l'ai pas payée très chère, mais il y avait forcément du pain sur la planche...

Sa plaque d'identification et l'emboutissage TAITO sur les côtés :

 


Première étape : Refaire le panel


Livée avec un panel Street Fighter 2, je me suis rapidement posé la question de savoir ce que j'allais mettre sur cette borne : Changer le panel pour remettre l'original à 3 boutons ? Remettre un panel identique ?
Ce qui me plaisait sur ce panel, c'est qu'il était en 6 boutons, et voulant à terme ne garder que cette borne, l'idée du panel SF2 fit son chemin, d'autant plus que 1991 était la date de naissance de ma borne et de ce 2ème opus de Steet Fighter. Donc pas d'anachronisme avec ce panel, ça lui ira même comme un gant !

Il fallait donc refaire le panel à neuf car l'original avait trop vécu... Démontage, scan et vectorisation :


On en profitera au passage pour corriger la célèbre faute d'origine sur le panel "THE WORLD WARRIER"...

Ensuite on confiera à Seba d'Atomic City le soin de finaliser un joli panel tout neuf, sur lequel on ajoutera du Full Sanwa acheté chez Smallcab :



Deuxième étape : Démontage total et carrossier pro


Une borne mal repeinte c'est assez immonde, autant ne rien faire. Je voulais donc faire poser une jolie peinture par un pro.
Ce genre de boulot a un coût, certes, mais c'est toujours pareil : Si on veut faire vite et pas cher, on ne fait que du sale !

Avant de repeindre, on prend déjà le temps de démonter toute la borne, en prenant soin notamment de n'abîmer aucune vis ni filtage. Les vis oxydées seront remplacées mais dans mon cas, il y'en avait assez peu (seules les vis de fixation des roulettes auront été changées).
La borne était relativement saine ; un peu de corrosion de surface à quelques endroits, mais rien qui justifiait un sablage total.
Un ponçage aux endroits atteints suffira.

Nettoyage, dégraissage et décollage de stickers et des différents joints :

 

On met des vis de recup' dans tous les filetages pour éviter la galère au remontage après peinture et on scanne les stickers pour voir ce qu'on peut refaire ou pas...

 


Mon travail de peinture personnel se sera limité à un peu de ponçage et un coup d'Hammerite sur le cadre et quelques parties métalliques :


Mon carrossier a fait du très bon travail, et dans un délai relativement court (une semaine). Il m'a bien envoyé quelques photos prises depuis sa cabine avec un smartphone, mais ce n'était pas très net et je n'arrivais pas encore à imaginer le résultat final.
Je les poste tout même ici pour montrer à quoi j'étais suspendu avant d'aller chercher le tout :


Puis je suis allé chercher les pièces...

 
 


Troisème étape : Remontage de la borne


Le remontage est assez rapide, on commence par le support panel, les caches latéraux, portes et serrures, enfin on présente le tout rapidement :

 


Pose d'un nouveau joint adhésif (12mm de largeur pour 3mm d'épaisseur) que j'ai commandé chez des professionnels de la menuiserie (je ne le trouvais pas en noir dans les magasins de bricolage près de chez moi) et remontage de toute l'armature du monnayeur :

 


Quelques petites précisions : J'ai changé le monnayeur d'origine qui était de 100 Yens pour un monnayeur en 50 Yens que j'avais dans mes cartons... Pourquoi ? Simplement parce que je préfère la pièce de 50 Yen et le perçage en son centre !
Accessoirement, il faut savoir que dans les salles d'arcade au Japon dans les années 80 les parties étaient plutôt à 50 Yens, ce n'est que dans les années 90 que les parties augmenteront à 100 Yens. (On trouve encore quelques Game Center au Japon en dehors de Tokyo qui proposent le crédit à 50 Yens).

Petite omission de ma part lors de la présentation de ma borne ; J'ai oublié de dire que la borne était arrivée avec toute sa documentation d'origine, mais qu'elle n'avait pas de clé !
Après quelques recherches, j'apprenais que les premières bornes TAITO (jusqu'à l'Egret 29) étaient toutes dôtées de clés ALPHA LY-0069, ce qui correspondait effectivement à ce qui était spécifié sur le sachet de clés fourni avec la borne.
Je me suis alors mis en quête de trouver ce précieux et après quelques mois sans réussite, je voyais enfin apparaitre sur Yahoo Auctions une clé LY-0069 ; Quelques 20 euros plus tard elle était chez moi (ça fait chère la clé j'en conviens).

Autre modification, j'ai changé la serrure de la cashbox qui était différente d'origine (renforcée). N'ayant pas sa clé non plus et pour des raisons pratiques (une seule et unique clé permet de tout ouvrir), j'ai mis une serrure LY-0069 vendue par Jérôme, un contact français qui vit au Japon et qui me trouvera d'autres clés et serrures par la suite.

Quelques photos de tout ceci, avec notamment les différentes serrures (celles du capot avec 2 encoches et les autres) :

   


Quatrième étape : Pose des stickers


Pour les stickers, je m'en suis remis à Oliver d'Arcade Art Shop, magasin anglais spécialisé dans l'impression arcade.
Il proposait déjà le kit complet pour les Canary, mais en vert.
Après quelques échanges très sympas, j'ai finalement choisi le même bleu que celui utilisé par mon carrossier, à savoir le bleu clair RAL 5012.

Réception des stickers et session de pose dans la foulée :

 
 
 


A suivre... Prochaine étape : Réception du système de rotation refabriqué comme à l'origine ET mise en place d'un tube CRT !


Commentaires

Superbe taf !
Posté par stef, le 12/08/2019

@Marceau

Merci mon fiston ;)
Posté par Sebbeug, le 28/07/2019

je trouve que ton site est super papa
Posté par Marceau, le 28/07/2019

Lire tous les commentaires (3)




 


↑ Retour en haut de page ↑